logo rambert

banniere4.jpg

Les jeudistes dans et au-dessus de la Grande Cariçaie

Kurt Rösler est un petit cachottier. Il avait annoncé pour ce 26 avril un parcours facile : Cheyres – Font – Cheyres. On s’attendait à une promenade tranquille au bord du lac de Neuchâtel. Pas du tout. Sitôt réunis vers 13h15 à la gare de Cheyres, les sept participants traversent le village pour se lancer à l’assaut de la falaise qui le domine. Il y a là Nicole et Eric Staub, Annette et Jean Emery, Philippe Vittoz, Kurt Rösler et le soussigné.

Et ça monte. On suit même un véritable chemin de croix, dans la forêt, avec bien sûr douze croix. Et tout en haut, ô surprise, on trouve deux chapelles accrochées au replat sommital. Non pas une, mais deux, et séparées par quelques pas seulement. Pourquoi deux ? Parce que le chemin de croix longe la limite des communes de Cheyres et de Châbles, et que, bien entendu, chaque commune voulait la sienne, de chapelle. L’une d’entre elles est construite à côté d’une source dite "Bonne fontaine". En effet, elle a accompli des miracles par le passé. Un malvoyant a recouvré la vue en se lavant avec cette eau. Et elle a épargné les villageois de la peste de 1636, paraît-il.

On continue à plat à travers le village de Châbles, coquet, cossu et étendu. On domine le lac, et la vue s’étend tant vers le Jura d’un côté, que de l’autre côté vers les Préalpes fribourgeoises, des Vanils au Gantrisch. Les sommets sont encore tout enneigés. C’est superbe !

Mais on redescend bientôt dans la forêt vers le village de Font. On y découvre ensuite, un peu à l’écart, la mignonne petite église du village. Elle vaut le détour. Elle est pourvue de vitraux qui ont été fraîchement rénovés dans un style moderne et symbolique très réussi. J’ai particulièrement aimé le buisson ardent de Moïse et le vitrail dit de la paix des morts. Allez-y voir ! C’est génial !

Le retour se fait le long de la roselière qui longe le lac, et qui fait partie de la réserve naturelle dite de la Grande Cariçaie. On retrouve le village de Cheyres vers 17 heures, mais au bout de trois heures de marche effective. Et comme d’habitude, on se rafraîchit autour d’une bière limonade bienvenue. Excellente sortie où, comme toujours, les absentes ont eu tort.