logo rambert

banniere6.jpg

Une semaine exceptionnelle

Une semaine complète sans le moindre nuage à l’horizon, ni la moindre bise, c’est quelque chose qu’on ne voit pas souvent. C’est pourtant ce qui est arrivé pendant la semaine dite rambertiste du 7 au 12 février 2022 à Saanenwald. Le tout sur une neige de rêve, avec un fin manteau de neige fraîche qui recouvrait des pistes bien dammées. Le rêve !

C’est ce qu’ont découvert la petite escouade de Rambertistes qui y sont montés. En plus du soussigné, il y avait là Lucien Rentznik et Bernadette, Anne Leduy, Nicole et Eric Staub, Olivier et Petra Staub, et leurs enfants Lula, Loïc, Noam et Meret. Tout ce petit monde s’est éclaté à faire du ski de piste ou du ski de fond, de la raquette ou de la randonnée, selon ses goûts. Avec parfois des performances tout-à-fait exceptionnelles : Olivier n’a ainsi mis que 1 heure et demie pour monter à peau de phoque au Wallighürli (950 mètres de dénivellation) : Il faut le faire!

De retour au chalet, tout ce petit monde participe le soir à des jeux de société dont certains se sont révélés inédits pour le chroniqueur, comme le Jatzi ou le Rummikub, De plus, comme le ciel était immaculé, chacun a pu détailler et admirer à l’œil nu les constellations les plus remarquables, comme le fameux triple charret d’Orion, visible en hiver depuis le chalet, entre Sirius et Aldébaran.

Autant dire que la bonne entente était générale. On s’est encore une fois aperçu que le Rambert est une grande famille, reliée par les liens subtils mais étroits d’une amitié qui n’a pas besoin de grandes déclarations pour se manifester, mais qui se renouvelle et se réchauffe à chaque nouvelle rencontre.