logo rambert

banniere3.jpg

Une journée pas comme les autres à la Vallée

Ce qui ne devait être qu’une gentille balade en forêt s’est révélé beaucoup plus riche en évènements que prévu. Tout d’abord l’automne avait revêtu ses plus beaux atours en ce jeudi 12 octobre, au Pont, où nous nous étions donné rendez-vous.

Lire la suite...

Les jeudistes aux sources de l’Asse

L’Asse est une petite rivière qui prend sa source au pied de la Dôle, et se jette dans le Léman à Nyon. C’est à découvrir ses sources que Jean Emery nous a conduits en ce jeudi 28 septembre 2017. Mais, à part Annette et lui, nous n’étions que quatre à nous retrouver à Gingins vers 10 h.

Lire la suite...

Journée canoë sur le lac de la Gruyère

Cette année encore, le week-end canoë organisé par la commission jeunesse n'a pas rencontré un franc succès puisque les seuls inscrits étaient les organisateurs. Qu'à cela ne tienne, pas question d'annuler d'autant plus que la météo s'annonçait magnifique ! Nous avons donc décidé de transformer ce week-end en une seule journée de canoë le samedi et de l'agrémenter par un peu de détente.

Lire la suite...

Les jeudistes contournent la Palette d’Isenau

Selon le Petit Larousse, la palette est une plaquette en bois que les chefs de gare d’autrefois brandissaient en l’air pour donner le départ des trains. Lorsque les natifs du pays ont nommés ainsi cette honnête montagne dominant Isenau, ils ne manquaient pas d’imagination. La ressemblance n’est pas évidente. Quoique.

Lire la suite...

Le Gros Châtillon (1837m)

Nous sommes deux à Frenières-sur-Bex, ce mardi matin, pour profiter de cette classique de 1000m de dénivelé.

Le manque de neige à basse altitude transforme les 200 premiers mètres de dénivelé en une course mixte de montée à ski et montée sans ski sur route forestière et sentier.

Lire la suite...

Course au Walighürli

Le point de ralliement est fixé au col du Pillon. Nos deux équipes s’y retrouvent, l’une composée d’Iris, Jean-Bernard et son copain Alain, l’autre composée des deux Christine, Chantal et son chien Baltic.

Nous filons sur Feutersoey d’où nous chaussons les skis. Il fait très beau, la température est printanière et la neige très molle.

Lire la suite...

La Dent de Valerette

Samedi 28 janvier 2017, il n’y avait pas foule au départ de la randonnée que Jean-Bernard proposait à la Dent de Valerette.

La météo nous a surpris en bien car elle nous a gratifiés de bons moments de soleil, ce qui ne nous a pas déplu !

Lire la suite...

Soirée Entre-nous du 27 janvier 2017

Il y avait environ 20 membres pour honorer les membres jubilaires 2017 au nombre de six, Pierre-Alain Besuchet, Patrice Maillard, Cédric Prêtre pour 25 ans et Jacques-Olivier Dupraz, Guy Rey et son frère Daniel pour 50 ans au club Rambert.

Lire la suite...

Le Pic Chaussy

Depuis qu’on n’y monte plus en télécabine et encore plus avec le récent démantèlement des infrastructures, le Pic Chaussy est devenu un classique de la randonnée à ski. C’est donc au col des Mosses, point de départ, que Jean-Bernard avait convoqué ses ouailles.

Lire la suite...

Rando au Hundsrück

En dépit d’une météo très favorable et d’une neige abondante, nous nous sommes retrouvés à deux : Iris et moi pour notre randonnée au Hundsrück.

Lire la suite...

Rando aux Monts-Chevreuils

Journée polaire mais qui s’annonce belle. On sera 4 à braver le froid glacial au départ des Moulins: Iris Guy, Marcel Oulevay et moi-même sous la houlette de Jean-Bernard Gay. En passant dans l’Intyamon, on a pu lire –13 affiché sur un toit, la neige sera donc poudreuse. Il en est tombé 20- 30 cm au mieux, mais par chance elle n’est ni soufflée ni croûtée. Et c’est assez tranquillement qu’on avale les presque 900m de dénivellée. Après le passage au sommet, avec une vue dégagée sur 360 degrés enneigés, on est très contents de manger notre pic-nic au chaud, avec une soupe bienvenue en plus.

Lire la suite...

Raclette des jeudistes à Rosaly

Ce qu’il y a de bien avec la traditionnelle raclette automnale des Jeudistes à Rosaly, c’est que, l’espace d’une journée, la grande famille des Rambertistes se reconstitue dans la joie et la bonne humeur. Et il faut bien reconnaître que ce genre de réunion devient rare au Rambert, depuis la disparition progressive des assemblées mensuelles.

Lire la suite...

Les jeudistes à la Tour d’AÏ

Six jeudistes ont retrouvé Kurt à Leysin, ce 11 août, avec comme objectif l’ascension de la Tour d’AÏ. Montée sans peine en télécabine à la Berneuse. Le parcours débute par une descente en direction du refuge du Mayen. Sur le chemin, nous admirons une peinture éphémère représentant un armailli.

Lire la suite...

Les jeudistes au Chasseron

C’est incroyable, ces falaises qui se dressent derrière le Chasseron de part et d’autre vallon des Dénériaz ! De vraies murailles ! On est loin de soupçonner leur existence quand on grimpe au Chasseron comme on le fait d’habitude depuis le sud. C’est la première surprise que les Jeudistes découvrent en ce 8 septembre 2016, en arrivant au parking du vallon. Il y a là Jacqueline Delacrétaz, Annette et Jean Emery, Eve et Ulrich Kohler, Anne et Tam LeDuy, Claude et Jean-François Moser, Kurt Rösler, Madeleine Schläfli-Allenbach, Philippe Vittoz, René Allenbach et le soussigné.

Lire la suite...

De Rosaly à Corbetta, et retour

En ce jeudi 25 août 2016, nous étions 14 marcheurs rassemblés sur le parking du chalet de Rosaly, « pünktlich » à l’heure à 09.30, pour la traditionnelle boucle Rosaly - Rosaly, cette fois via le sommet de Corbetta. Il y avait là Henri Chevalier, Annette et Jean Emery, Eva et Ulrich Kohler, Danièle et Willy Moser, Jean-François Moser, Geneviève Osinga, Kurt Rösler, Nicole et Eric Staub, Philippe Vittoz et le soussigné. Et bien sûr il y avait aussi l’équipe cuisine de Claire-Lise Vittoz, aidée par Claude Moser, Jean-Claude Aguet et sa fille Viviane.

Lire la suite...

Les jeudistes le long de l’Arnon

L’Arnon, dites vous, c’est où ? On a presque envie de dire, comme le fait Gilles dans la Venoge, que « C’est de l’eau qui coule à un joli niveau. Bien sûr c’est pas le Fleuve Jaune » ? Parce que, n’est-ce pas, comme la Venoge, l’Arnon prend sa source dans le Jura. Derrière Sainte-Croix, et, comme elle, il « fait de puissants détours, loin des pintes, loin des villages », avant de se jeter dans le lac de Nauchâtel douze kilomètres plus loin, entre Corcelettes et Onnens. C’est de là que nous sommes partis, en ce 22 juin 2016 vers 10 h 30, pour découvrir et remonter au plus près ce petit fleuve bien vaudois.

Lire la suite...

Les jeudistes à Bournens

Il y a des sortes de traditions non écrites parmi les Jeudistes. L’une d’entre elles est de se retrouver en juin pour une rencontre informelle en forêt, au refuge de Bournens. Cette année n’a pas fait exception à la règle. Et comme toujours, l’ambiance y est un peu comme dans la Venoge de Gilles : tranquille et pas bien décidée.

Lire la suite...

Les jeudistes sur la Sarine

Un peu par hasard, les Jeudistes avaient choisi le jour de la Fête-Dieu (26 mai) pour aller à la découverte de la Sarine en amont de Fribourg. Pas étonnant s’ils ont rencontré de nombreux Fribourgeois ravis de profiter du congé et du beau temps pour se balader dans la nature.

Lire la suite...

Les jeudistes du Mont à Montheron

Les jeudistes sont comme la Venoge. Ils font de « puissants détours » pour point A à un point B. Le rendez-vous de 10h30 en ce 28 avril au parc du Châtaigner, au Mont, laissait sous-entendre qu’on marcherait ensuite vers le nord. Pas du tout !

Lire la suite...

Comment transformer une catastrophe en un succès inespéré

Imaginez un peu. Vous organisez un repas pour 26 personnes. Et deux jours avant, vous apprenez que la cuisinière fait faux bond. C’est ce qui est arrivé à Philippe Vittoz, lui qui devait organiser le repas des jeudistes du 7 avril à Bulle, avec Doris aux fourneaux, lorsqu’il apprend lundi 4 que Doris a eu une sorte d’infarctus. Que faire ? Tout annuler ? Non, dit Claire-Lise, qui relève le défi au pied levé.

Lire la suite...

Les jeudistes à la Tour-de-Gourze

Bof ! La Tour-de-Gourze depuis Grandvaux, 300 mètres de dénivellation, cela va être une douce petite promenade de santé, me suis-je dit en lisant le programme paru dans le Journal. Une heure de marche, au grand maximum !

Lire la suite...

La semaine rambertiste à Saanenwald

Il neigeait, il neigeait. Il neigeait toujours. Il neigeait encore. Avec ou sans vent, il neigeait. La nuit comme le jour, il neigeait. Avec ténacité, constance et détermination, comme s’il n’y avait aucune raison que cela s’arrête. C’était la bourrasque, le blizzard, la tempête, le tourbillon incessant des flocons fous, en quasi permanence du 1 au 5 mars 2016.

Lire la suite...

Raquettes dans la région de Ste-Croix

C’est dans son fief de Sainte-Croix que René Allenbach avait convié les Jeudistes, le 18 février dernier, à une randonnée à raquettes qui s’est révélée particulièrement réussie.

Lire la suite...

La Follieuse

Vu les conditions météo particulières de ce mois de février, Jean-Bernard a choisi la montée, sans danger, à la Foilleuse au-dessus de Morgins. Le temps est ensoleillé et la température clémente.

Lire la suite...

Walighürli

C’est par un temps radieux qu’a eu lieu la course de Jean-Bernard au Walighürli. Les participants n’étaient guère nombreux ce jour-là, dommage car la course fut magnifique!

Lire la suite...

La Valerette

Nous sommes trois dans la voiture qui nous mène aux Giettes, à 1288m, Jean-Bernard, Pierre et le soussigné.

Le long de la route, dans la montée, les talus sont déjà verts. Seuls quelques restes de neige gris-brun confirment que nous sommes... en hiver.

Lire la suite...

Sur les flancs du Folly

Cette journée a un air de printemps, le soleil est encore palot mais la température bien agréable ... ouf la neige est encore- là.

Lire la suite...

Au Mont de l'Arpille

La course vécue par Baltic, le chien de Chantal

Ce samedi 23 janvier, j’ai participé à ma première sortie "ski de randonnée" du club Rambert, invité par Jean-Bernard, le chef de course. Avec lui j’ai vite fait connaissance de Geneviève, Iris et Pierre.

Lire la suite...

Soirée "Entre-Nous"

"Quand une marquise rencontre une autre marquise, qu’est-ce qu’elles se disent ? Des histoires de marquises !"

Lire la suite...

Les Marécottes - Col de la Golette

Le réchauffement climatique pose de plus en plus de problèmes à ceux qui souhaitent organiser des randonnées à ski, en début de saison. Ainsi, le cruel manque de neige, m’a contraint d’annuler les trois premières courses prévues au début janvier.

Lire la suite...

Les jeudistes sous la canicule, 23 juillet 2015

Les météorologues ont beau dire que ce mois de juillet 2015 est le plus chaud de tous les temps, il en faut d’autres pour retenir les jeudistes. C’est ainsi que six jeudistes se sont retrouvés ce 23 juillet 2015 à Charmey par plus de 30°C à l’ombre avec au programme le tour du lac de Montsalvens. Il y avait là Jacqueline Delacrétaz, Claude et Jean-François Moser, Kurt Rösler, l’organisateur Philippe Vittoz, et le soussigné.

Lire la suite...

Semaine des Jeudistes à Grimentz, du 29 juin au 4 juillet 2015

Pour la 2e année consécutive les jeudistes se sont retrouvés à Grimentz à l’Hôtel de Moiry pour passer ensemble une semaine de randonnée. Ensemble? oui... pour ce qui concerne le petit-déjeuner et la soirée dès l’incontournable apéritif qui, cette année, a toujours pu avoir lieu sur la terrasse du restaurant.

Lire la suite...

Semaine de rando au Val d'Aoste, du 27 juin au 4 juillet 2015

Cette semaine est devenue un classique du club et remporte toujours un franc succès qui ne s’est pas démenti cette année avec 19 participants :

Lire la suite...

Sur les traces des tavillonneurs, 25 juin 2015

Six jeudistes se sont retrouvés devant la télécabine de Charmey ce 25 juin.

Lire la suite...

Les jeudistes dans la paix des bois, 11 juin 2015

Il y a des espèces de traditions non-écrites au Rambert. Par exemple, chaque année en juin, les jeudistes se retrouvent dans un refuge en forêt, avec un programme d’activité à la Vaudoise, c’est-à- dire pas très bien défini. La seule certitude est de se retrouver le soir autour d’un bon feu de bois pour y griller côtelettes ou cervelas.

Lire la suite...

Les Jeudistes sur les crêtes du Jura

Que voulez-vous ! Dans le Jura, tous les paysages se ressemblent. On retrouve les mêmes clairières et les mêmes valonnements partout. Pas étonnant que même des jeudistes avertis finissent par se tromper de chemin. C'est ce qui nous est arrivé ce jeudi 7 mai 2015, dans la région du Cunay, un peu au delà du Mont Tendre.

Lire la suite...

Ependes – Suchy, 9 avril 2015

Philippe Vittoz nous a donné rendez-vous au parking de l’église d’Ependes. Une quinzaine d’amis, dont les deux petits-enfants des Staub, Celyan et Timba, sont présents.

Lire la suite...

Les Jeudistes au haras d’Avenches et dans le Vully

Trente ! Nous étions trente Jeudistes à se retrouver au haras d'Avenches en ce matin frisquet du jeudi 26 mars 2015. Trente, c'est un record ! Et on a été reçus à bras ouverts, par un guide passionné et passionnant qui a tout fait pour nous communiquer sa passion du cheval. Travailler au haras, c'est comme entrer en religion. On monte à cheval, on soigne les chevaux, on leur parle, on les lave, on les douche, on les caresse, on les flatte, on les entraîne, on les attelle, on les jauge, on les mesure, on respire cheval, on pense cheval, on rêve cheval. C'est même curieux de constater que tout le monde ne porte pas la queue de cheval !

Lire la suite...

Semaine à Saanenwald

du 9-14 mars 2015

On ne raconte pas une semaine rambertiste à Saanenwald. On la vit. On ne la raconte pas, parce que, d'abord et surtout, chacun l'organise à sa guise, au gré de ses idées ou des suggestions des autres rambertistes. Car ne l'oublions pas, les rambertistes forment une sorte de grande famille, avec ses individualités certes, mais avec des liens d'amitié en général chaleureux, parfois un peu distendus, mais jamais rompus. C'est ainsi, qu'on pourrait fort bien entendre un beau matin : Ah ? Vous allez skier sur Zweisimmen (ou sur Schönried) ? OK. Je viens avec vous. Tel autre fait de la raquette, ou descend à pied au village. Mais il y va rarement seul. On s'intéresse à lui. On l'accompagne. On se demande pourquoi il a fait ce choix. On ne comprend pas toujours, mais on le respecte. Il n'y a pas de programme, pas d'obligations, mais chacun décrit ses aventures ou ses découvertes le soir venu au chalet.

Lire la suite...

Les 3 dernières courses de la saison avec Jean-Bernard

Le Gros Châtillon (7 février 2015)
... Quatre têtes qui se penchent pour contempler trois paires de bâtons bien alignés dans le coffre de Jean-Bernard... après ma proposition d'en tailler une paire en bois massif à l'orée de la forêt, c'est une gentille dame de Frenières qui va nous sauver avec des bâtons choisis parmi plusieurs oubliés et bien rangés dans son garage... voilà pour la petite histoire de cette randonnée de 960m de dénivelé au-dessus de Bex avec un bon tracé de montée, sans danger.

Lire la suite...

Week-end de Ski des Jeunes 2015

Didier et moi arrivons au chalet samedi sur les coups de 10h00 et y trouvons Till, déjà là. Il nous raconte qu'il a fait le voyage seul en train et a bien profité de cette petite escapade. Après avoir déposé rapidement les sacs au chalet, nous filons tous les trois sur les pistes pour tester la qualité de la neige et surtout affronter les conditions météorologiques extrêmes de bise noire de ces derniers jours. Pour l'occasion, nous nous sommes bien couverts et avons pris des pulls et polaires supplémentaires, juste au cas où. Nous apprendrons par la suite que nous n'étions pas les seuls à avoir eu ce réflexe.

Lire la suite...

Course de Jean-Bernard, 31 janvier 2015

La neige s'est fait longtemps attendre, mais elle est tombée en abondance le jour précédent.

Vu les risques élevés d'avalanches et comme c'est seulement la 1ère ou la 2e course pour tous les participants, Jean- Bernard a choisi d'aller aux Monts Chevreuils, course ni trop pentue ni trop longue.

Lire la suite...

Rencontre du 28 novembre 2014

Manifestement, les rencontres (autrefois appelées assemblées) du Rambert n'at - tirent plus la foule. Nous n'étions que quinze ce vendredi 28 novembre 2014 au Cazard. Et pourtant, le thème présentait de l'intérêt, puisqu'il s'agissait de l'avenir énergétique de la Suisse.

Lire la suite...

Week-end de Ski des Jeunes, 8-9 février 2014

Samedi 8 février 2014 , rendez-vous à 10h au pied des télécabines de Saannenmöser. Nous nous sommes installés au chalet , puis nous sommes partis skier, avec un temps mitigé mais une neige géniale.

Un bon diner au chalet au chaud, et une bonne neige pour l'après midi. Le soir, un excellent souper de spaghettis et ses trois sauces avec un merveilleux tiramitsu cuisiné par Silvia, et pour bien finir la journée un trivial poursuite organisé par Stéphane.

Dimanche matin un petit déjeuner copieux puis un départ sur les pistes ouvertes de neige fraîche et les nuages nous ont encore donné de la neige. Il a neigé jusqu'à midi puis un ciel sans nuage pour finir la journée.

Super week end, un très grand MERCI aux organisateurs.

Walighürli - 6 février 2014

Pour notre sixième course de cette année, le ciel était avec nous : en effet ce 6 février aura été le seul beau jour d'une semaine pourrie.

En ce jeudi matin, nous étions 6 à nous retrouver à Feutersoey pour monter au Walighürli. Dès le départ, nous avons profité d'une couche de neige fraiche et, même les premiers passages en forêt se sont révélés tout à fait skiable. Au fur et à mesure de la montée, la couche se faisait un peu plus épaisse et, arrivés au sommet, nous avions à nos pieds un manteau neigeux quasi vierge.

Le temps de nous restaurer et de profiter du panorama, et nous attaquions la descente dans une neige de cinéma. Dans ces conditions, la descente fut courte et, vers 14h00, nous étions déjà autour d'un verre, en rêvant d'une prochaine course avec, si possible, des conditions aussi bonnes.

L'ambiance fut excellente, merci à Nicole, à Eric, à Pierre, à Robert et à Alain.

Dent de Valerette

Le 30 janvier dernier, huit courageux randonneurs sont partis à l'assaut de la dent de Valerette, au-dessus des Giètes, par un temps couvert et venteux. A l'abri dans la forêt, la montée a lieu dans des conditions encore agréables. Une fois sortis de cette protection naturelle, tout change : bourrasques de vent, trace difficile, froid, mais on poursuit courageusement notre marche. On s'arrêtera toutefois quelques mètres sous le sommet, de manière à pouvoir se préparer pour le retour dans des conditions acceptables. La descente s'effectue dans une neige irrégulière, mais skiable, avec une visibilité limitée, et c'est presque avec soulagement que nous retrouvons la piste du téléski pour la partie finale. Si les conditions n'étaient pas idéales, chacun a malgré tout eu beaucoup de plaisir. A 12 h. 30, nous sommes déjà devant un verre de Johannisberg pour fêter notre exploit ! Merci à Jean-Bernard, chef de course toujours attentif, d'avoir mené à bon port Jocelyne, Pierre, Willy, Eric et la soussignée, ainsi que deux renforts de l'UPA 10, Marcel et Alain.

Hundsrück - 25 janvier 2014

Notre guide Jean-Bernard ne fait jamais les choses à moitié ! La preuve :

  1. Il prend des renseignements pour dénicher l'endroit idéal avec si possible de la neige.
  2. Du coup, il nous emmène dans un coin magnifique et sauvage.
  3. Et là, super, on découvre une couche de neige fraîche de 30 à 40 cm !!!
  4. Et pour couronner le tout, Jean-Bernard avait commandé un soleil radieux pour le temps de la course.

Conclusion : les absents ont eu tord !!!

C'est donc samedi 25 janvier que trois peaux-de-phoquistes rambertistes (Jean-Bernard, Pierre et Iris) ont entamé l'ascension du Hundsrück. Le paysage était superbe, la trace était faite, nous étions seuls, le rêve !

Mais après la première pause, un groupe de plus d'une vingtaine de personnes nous ont rejoints, et un peu plus loin, Jean-Bernard a fait la trace pour tout le monde sur une partie du tronçon avec de la poudreuse jusqu'au genoux. Chapeau! Arrivés au sommet, nous n'avions presque plus de place pour se mouvoir. En effet, il y avait là-haut un peuple pas possible car de nombreuses personnes sont montées par un autre versant.

Du coup, après avoir admiré la vue, nous sommes redescendus en faisant de magnifiques virages dans la poudreuse et nous avons mangé sur un banc, au soleil, et devant un décor superbe.

Arrivés en bas, donc fin de la course mais pas tout à fait, nous avons trinqué au bistrot. Jean-Bernard a commandé une bière et il a trouvé que c'était quand même bien meilleur que du thé !!!

Merci pour cette magnifique journée.

La deuxième course à ski de Jean-Bernard - 16 janvier 2014

Les particularités de cet hiver ont conduit Jean-Bernard à adapter le programme pour nous permettre une grande polyvalence.

C'est ainsi que nous nous retrouvons ce jeudi matin en Valais central, à Nax, pour une journée de piste. Nos voitures sont les premières sur le parking et dès 9h10 nous embarquons sur le télésiège qui nous conduit sur le domaine skiable du Mont-Noble, entre 1400 et 2680m d'altitude.

Nous sommes huit : Jean-Bernard, Nicole, Geneviève, Danièle, Pierre, Willy, Eric, Lucien. Excellentes conditions sur toutes les pistes, de haut en bas, avec une visibilité correcte malgré un plafond nuageux gris qui filtre le soleil.

L'équipe est en forme et nous profitons de pistes en superbe condition, ce d'autant plus que nous sommes pratiquement les seuls skieurs, mis à part quelques inconditionnels de la rando qui montent au Mt-Noble sur le bord des pistes.

Trois brefs arrêts café, apéro et dîner ponctuent cette superbe rencontre. Un grand bravo aussi à Pierre Wiedmer pour son énergie retrouvée après son souci routier... et sa chute qui lui demande aussi de presque passer chez le carrossier pour une petite bosse.

Après cet incident, les deux amis qui ont skié ce jour-là sans casque, ont pris la décision de compléter leur équipement...

Merci à Jean-Bernard pour cette belle journée d'amitié.

Les méandres de la Sarine, 17 octobre 2013

Il fallait vraiment avoir une confiance aveugle en Monsieur Météo pour décider mercredi que la course aurait lieu jeudi !!!

Mais nous étions 4 mousquetaires, Jacqueline, Suzanne, Philippe et moi à se retrouver dans la vielle ville, au pont St-Jean, avec un temps radieux pour notre balade. Nous gravissons le chemin du Sonnenberg, passons sous une ancienne porte des remparts et plongeons sur le monde tranquille de l'Abbaye de la Maigrauge (encore en activité) crée en 1255 par les cistertiens.

Nous passons près de l'usine électrique de la Maigrauge construite vers 1890, franchissons le barrage à l'origine du lac de Pérolles avant d'affronter la falaise qui se dresse devant nous. Pas d'escalade à craindre, un tunnel éclairé a été creusé dans la molasse et nous permet de franchir aisément l'obstacle. Nous poursuivons notre promenade en forêt partiellement au bord de l'eau jusqu'au pont de Pérolles qui se dresse au-dessus de nos têtes. Mais une passerelle nous permet une traversée confortable avec vue sur la Sarine.

Du monde de l'eau, nous passons à un paysage de prés et forêts. Le lac n'est pas loin et nous le devinons parfois à travers les arbres au pied de la falaise. La porte de Bourguillon franchise, sur la terrasse de la chapelle de Lorette, nous admirons la vue sur la vieille ville dominée par les flèches de la cathédrale.

Et selon la tradition, notre balade se termine devant une bière dans un bistrot de la vieille ville.

Randonnée au Mandelon, 28 septembre 2013

La Pointe de Mandelon et le Pic d'Artsinol sont les deux premiers sommets de la chaine de montagnes qui sépare les Val d'Hérens et d'Hérémence. La randonnée de ce jour permet de contourner la pointe de Mandelon et de bénéficier d'une vue panoramique sur les vallées ainsi délimitées. Nous nous retrouvons à 10 (Jean-Bernard, Jocelyne, François, Eric, Nicole, Jacqueline, Jean, Anette, Iris, Lucien) devant l'église d'Hérémence, pour rejoindre en voiture l'alpage du Mandelon, à 2068m, par une magnifique route d'alpage. Les prévisions météo nous ont incité à profiter de la dernière journée avant l'arrivés des précipitations. Après une demi-heure d'une marche de mise en train nous atteignons un bon chemin permettant de contourner les pentes nord du Mandelon, à environ 2300 m. Le changement d'orientation permet de dominer le Val d'Hérens et de découvrir La Dent Blanche et le Cervin. Notre regard se porte aussi sur une végétation très abondante de myrtillers, genévriers et autres rhododendrons qui commencent à se parer des couleurs d'automne au milieu de blocs éboulés. Quelques mélèzes tournent déjà au jaune doré. Il nous faudra 2h30 pour parcourir ce magnifique chemin qui suit la courbe de niveau et nous trouver presque à l'aplomb d'Evolène. Une bonne pause permet de se ravitailler et de profiter d'une belle lumière d'automne. Le retour se fait par le même chemin et chacun d'évoquer sa saison en montagne tout en découvrant les sommets et villages qui jalonnent cette région. Un beau troupeau de vaches d'Hérens nous donne l'occasion de croiser son propriétaire et d'entamer une discussion sur cette race particulière. Retour aux voitures et appréciation générale des poires de Jean-Bernard et Jocelyne. Un passage au chalet du soussigné, à Mase, permet de partager le verre de l'amitié. Les premières gouttes annoncées marquent la fin de cette magnifique journée.

Fête à Rosaly

Au Rambert, on a des traditions. Elles ne remontent peut-être pas aussi loin que celle citée dans la célèbre chanson "Ainsi nous de Gryon dansons à Taveyanne, comme ceux de Lausanne dansent sur Montbenon". Car, bien sûr, les Lausannois ne dansent plus sur Montbenon. Mais les Rambertistes, eux, se retrouvent quand même et toujours à Rosaly chaque année à la fin de l'été. Autrefois on y jouait aux fléchettes et à la noce à Thomas. Les modes changent. Aujourd'hui on joue à la pétanque. Mais la fête subsiste. Hier 7 septembre, nous étions une trentaine (je n'ai pas vraiment compté) de tous âges à nous retrouver vers midi devant le chalet. Les grillades vont bon train, le tire-bouchon aussi. Puis, pendant que la petite dernière fait la sieste en dortoir, les boulistes s'en donnent à cœur joie sur leur terrain favori derrière le chalet. Les luttes sont acharnées, mais pacifiques. Et c'est l'équipe formée de Pierre Widmer et du soussigné qui a fini par gagner la finale. Ensuite de quoi tout le monde s'est retrouvé en fin d'après-midi au soleil devant le chalet pour déguster et partager les non moins traditionnels gâteaux que chacun avait apportés pour l'occasion. Excellente journée en plein air, toute empreinte de simplicité et de camaraderie, Merci à Christine Panchaud, Céline Dénervaud, et Véronique Métral pour leur maîtrise dans l'organisation de cette journée.

La double course des jeudistes à Vuipey puis Rosaly

On peut sans hésiter qualifier de double la sortie des jeudistes du 29 août. Double parce que la course elle-même n'a été que la moitié du programme. L'accueil à Rosaly en fin de course par Doris a fait le reste. Qu'on en juge!

Commençons par le commencement, au moment où les marcheurs se retrouvent vers 9h30 au parking de Rosaly. Il y avait là Jacqueline Delacrétaz, Annette Emery, Danièle et Willy Moser, Philippe Vittoz, Pierre Widmer et le soussigné. Après avoir franchi le monumental pont sur la Veveyse, le petit groupe grimpe sous bois en direction des Pueys, vaste chalet d'alpage en tavillons reconverti en auberge, et pouvant héberger 80 personnes. Un groupe de pensionnaires de l'EMS de Châtel essaie d'y jouer à la pétanque. Nous poursuivons, et un peu plus haut, après le chalet de La Pudze, on se lance dans l'interminable rampe herbeuse qui mène à la buvette Incrota. C'est raide et le soleil tape fort. Il fait soif. On atteint Incrota vers 11 heures et demie, juste à temps pour assister à une sorte d'étrange ballet aérien, eh oui.

Un hélicoptère étiqueté "Gendarmerie", surgi de nulle part, fonce droit sur nous, bruyamment, comme s'il voulait nous tirer dessus. Mais il oblique au dernier moment et hésite quelque peu avant de se poser tranquillement dans un pâturage dégagé situé un peu en contrebas. L'équipage venait-il dîner au chalet? Nous ne le saurons jamais, car nous poursuivons dans la forêt. Nous pique-niquons vers midi dans un éboulis sous Teysachaux. Sans nous attarder toutefois, car un stupide nuage imprévu a tout-à-coup investi la région. C'est dommage, car la vue, normalement, embrasse un vaste panorama, du Léman au Jura.

Nous passons près du chalet de La Chaux, qui est le point culminant de la course (1542 m.) et dont les alentours sont transformés en un véritable cloaque par les vaches qui paissent dans les pa- rages. Pouah! On passe comme on peut. Heureusement cela ne dure pas. Le soleil revenu, on atteint bientôt l'accueillante buvette du Vuipey pour y prendre un café bienvenu. Le retour à Rosaly par la descente directissime sur la Cuva, puis par la route goudronnée, est sans histoire.

On rejoint alors vers 15 h les Rambertistes non-marcheurs qui nous attendaient au chalet: Colette et Jean-Claude Aguet, Lilo Berset, Michel Blanc, Jacky Borgeaud, Rose-Marie Duport, Simone et René Groux, Marceline Nissile et Marie Widmer. N'oublions pas les chefs Doris et René Hubmann, qui préparent fébrilement le festin qui suivra. Et de festin il y aura. Après un apéritif de sorte, accompagné de canapés somptueux, on passe à table: soupe aux légumes, puis une goulache qui, après 4 heures de cuisson, était tendre à souhait. Pour le dessert, tartelettes à la crème, avec un cake à se relever la nuit et une crème aux framboises qui à elle seule aurait mérité le déplacement. Merci Doris! C'était royal!

Le bisse de Sillonin Jeudi 15 août

Chelin? Qui peut me dire sans hésiter où se trouve Chelin? A l'exception des Valaisans ou de ceux qui ont déjà parcouru ce bisse, Chelin est un endroit peu connu. Un seul bistrotier (oh! combien fort aimable), une belle église, quelques maisons, mais surtout... une vue exceptionnelle sur la vallée du Rhône et Sion!

C'est de là que part le bisse de Sillonin que vont parcourir les 15 jeudistes présents: Jean et Annette, Eric et Nicole, Lucien et Geneviève, Marceline, Rose-Marie et sa petite-fille Lilly, Jacqueline, Pierre, René, Jean-Claude, Jacky, Willy et Danièle.

Le sentier traverse en pente montante douce une forêt, puis longe une paroi de rochers en zone vertigineuse. On surplombe carrément la vallée du Rhône. Au-dessous, des vignes à perte de vue. Après avoir suivi le bisse qui passe en tuyau, on le suit à l'air libre. Le sentier se fait plus vertigineux le long de la paroi munie d'une corde de sûreté et nous arrivons au pied d'une rampe d'escaliers longeant une cascade. Ces escaliers nous permettent de nous trouver un étage plus haut! Voilà une heure que nous marchons, encore un petit quart d'heure en forêt, on contourne la montagne pour nous trouver face à Grimisuat, Ayent, Anzère et plus loin Crans et Montana. L'arrêt "soif" est bienvenu, juste sur cette petite plateforme d'où la vue est très instructive.

Nous sommes heureux... le sentier est charmant, la chaleur agréable, l'ombre de la forêt bienfaisante et le ciel d'un bleu magique. Quoi de plus?! Mais voyons.... une petite montée... bien raide... pour corser un peu cette promenade et donner le sentiment d'avoir fait un véritable effort. ¾h. de grimpée en forêt pour atteindre le bisse de Lens qui permet à nos randonneurs d'un jour de faire ainsi une boucle de 10 km sur 400 m de dénivel- lation. C'est parfait ! En plus, Willy avait réservé la table de pique-nique sous couvert. Merci!

Le retour par le bisse de Lens, véritable découverte: l'eau coule à l'air libre, un peu sauvage, des ponts et le vide à portée de pieds. Un vrai plaisir.

Et maintenant, vous savez où se trouve Chelin.... juste après Flanthey!

Merci Willy de cette belle journée.

Week-end canot-culture des 14 et 15 septembre 2013

canoe 2013
Plus de photos ici

Ce sont finalement douze courageux qui se sont retrouvés à Quingey bravant la météo maussade du week-end. Après un circuit de reconnaissance des places de pic-nic, nous sommes revenus à notre point de départ pour partager nos sandwichs avec les habitants palmidés de la Loue.

Lire la suite...

Premier août à Rosaly

33°C en plaine, eh oui, et seulement 24°C à Rosaly. Que souhaiter de plus en ces temps de grande canicule ? C'est en tout cas ce que se sont dits la douzaine de jeudistes en mal de fraîcheur qui sont montés au chalet dans la journée du 1er août 2013. Et ils ont été servis. Il faut dire que Willy Moser avait agréablement décoré le chalet en y suspendant des lampions sous l'auvent et en déposant des lanternes un peu partout sur la galerie. L'ambiance était réussie. Il y avait là Lilo Berset, Jacques Borgeaud, Danièle et Willy Moser, Marceline Nissile, Nicole et Eric Staub, Claire-Lise et Philippe Vittoz, Marcelle Voruz, Pierre Widmer et le soussigné.

Lire la suite...

Sentier sud du Grand Chavalard

Pierre a eu raison de repousser la course au jeudi suivant : en effet pour le 25 juillet la météo nous promet un jour beau et chaud. Alors on se retrouve 2 voitures à Fully pour attaquer la route dans les vignes, jusque là-haut au pied de la masse rocheuse du Grand Chavalard. C'est une petite route sinueuse et scabreuse qui nous conduit à Chiboz, petit hameau agrippé à la montagne. Ensuite c'est un chemin caillouteux et poussiéreux jusqu'au parking de l'Erié à l860m. d'altitude, où nous nous retrouvons en petit nombre, les 5 participants Pierre, Annette et Jean, Michel et moi.

Lire la suite...

Séjour d'une semaine à Lech

Dimanche 30 juin 2013.

Départ 9h derrière notre Hôtel Omsberg pour suivre le sentier le long du Lech, le ciel n'est pas très clément car la bruine menace. Nous passons à proximité de la piscine du village située dans le bois "Schwimmbad", puis nous traversons le Lech sur le pont de bois en direction de Zug. Nous prenons le sentier qui mène à la forêt des légendes et nous montons jusqu'à la gare du téléphérique de Zug. Le sentier des légendes est jalonné de personnages et de motifs sculptés sur des souches ou des arbres abattus.

Lire la suite...

Les jeudistes à Saas-Fee

Il avait bien neigé le samedi; les sommets s'étaient à nouveau recouverts d'une couche belle blanche et ce manteau recouvrait largement les pentes de ski ! Allo... Ah, mais Allo... ! Quoi... t'as pas tes skis? T'as vu la neige ?!!

Trêve de plaisanterie! Le spectacle qui s'offrait au regard des jeudistes à leur arrivée à Saas-Fee ce lundi matin 1er juillet était de toute beauté. Nous étions 21 à retrouver l'hôtel Tenne, sa chaleureuse propriétaire Emanuela, sa situation centrée dans la station, son cadre agréable et last but not least son orchestre champêtre. La distribution des chambres terminées, chacun est libre pour ce premier après-midi.

Lire la suite...

Rallye des familles à Rosaly

Le ciel est un peu hésitant et boudeur ce vendredi 14 juin mais la détermination des quelque vingt-cinq rambertistes montés à Rosaly pour participer au rallye des familles, organisé par Christine, Céline, Park et Cyprien, est intacte et ce sont cinq équipes qui se lancent dans le sympathique défi. En parallèle aux épreuves prévues, il faudra rapporter de son parcours, le plus grand nombre de choses douces et tendres et de choses carrées et dures.

Lire la suite...

Les jeudistes au Bois du Sépey

Un peu comme dans la Venoge de Gilles, le chemin que les jeudistes ont suivi ce 6 juin est "fait de puissants détours loin des pintes, loin des villages". Vous vous rendez compte? Nous avons serpenté sous bois sans nous arrêter pendant deux heures, dans un rectangle de forêt de 2 kilomètres de long sur un de large, avant d'arriver au refuge. Et nous ne sommes jamais passé deux fois au même endroit. Tant pis, tant mieux! Mais il y en a même un, ou plutôt une qui a réussi à s'y perdre. On ne dira pas son nom. Il faut dire à sa décharge que ce petit bois est parcouru de tant de petits sentiers tous semblables qui s'entrecroisent que c'est presque drôle qu'il n'y ait pas eu plus de monde perdu.

Lire la suite...

A l’assaut de la forteresse Vully

Vous ne le saviez peut-être pas (et moi, je ne le savais pas non plus), mais la colline de Vully a été transformée en une véritable forteresse pendant la guerre de 1914 – 1918. C’est ce que les jeudistes ont eu le plaisir de découvrir en ce jeudi 2 mai 2013. Bien sûr la douzaine de fortins qui subsistent sont à l’abandon et en ruine, disséminés un peu partout dans les forêts qui recouvrent cette colline.

Lire la suite...

Chez les héritiers de Gutenberg

C’est de la rude belle mécanique, ces imprimantes d’antan qu’on a vues aujourd’hui en action à Chavannes. Imaginez des petites machines à Tinguely pourvue de milliers de tiroirs, de cames, de clapets et des pistons qui vont et viennent par ci, des chapeaux et des marteaux qui oscillent par là, et des genouillères en veux-tu en voilà. Le tout ronronne, vibre et grésille sans à-coups, avec précision et minutie. Les bras pivotent pour aspirer du papier, qu’ils recrachent tout imprimé, avec une régularité de métronome, dans un enchaînement incessant de cliquetis bien huilés. Pardonnez-moi ce jeu de mots, mais le tout fait bonne impression, au propre et au figuré. C’est fascinant, cette mécanique de linotype, et c’est increvable. Bien sûr, il faut les entretenir, et c’est à quoi s’adonnent les passionnés et inconditionnels du tout-mécanique qui tiennent le Musée de l’imprimerie de Chavannes près Renens.

Lire la suite...

Ah ! mon beau château !

En fait de beau château, on en a vu trois en ce premier jour du printemps : Prangins, Changins et Duillier. Et, par une chance extraordinaire, il a fait beau pendant toute la durée de la promenade, qui fut la première course des jeudistes en 2013.

C’est ainsi que nous sommes retrouvés à treize ce 21 mars devant le château de Prangins vers 14 h. :  Jean-Claude Aguet, l’organisateur, Anna Bataillard, Lilo Berset, Jacques Borgeaud, Rose-Marie Duport, René Groux, Jean-François et Claude Moser, Ruth Nicot, Marceline Nissile, Cédric Prêtre, Kurt Rösler et le soussigné.

Lire la suite...

Le Vuipey en raquettes

C'est avec un thermomètre affichant -12 degré que les 5 participants se sont retrouvés à 10 heures au parking de la cascade au Paccots. Vite équipés, notre chef de course Eric Staub donne le départ à Lucie Pochon, Nicole Staub, Pierre Widmer et votre soussigné.

Lire la suite...

Les jeudistes de Chexbres à Lutry

J’entends déjà la réaction désabusée du lecteur moyen: Bah ! Encore Lavaux ? On connaît par coeur ! A quoi bon s’y lancer ?

Lire la suite...

La chimie pour tous expliquée par Maurice

Le chroniqueur attitré de nos rencontres, dont nous connaissons la modestie, mérite quelques compléments à son rapport pour la qualité de l’animation qu’il nous a offerte. Et la nombreuse assistance ne s’y était pas trompée. Les attentes ont été comblées, avec pour fil conducteur la démystification ludique de quelques aspects de la chimie de tous les jours. La passion de pédagogue vulgarisateur de notre ami Co-Co nous a convaincus.

Lire la suite...

Séance-rencontre du 23 mars 2012

Il y a comme un regain d’intérêt imprévu pour les séances du Rambert en ce début 2012. A peine avait-on voté à la fin 2011 pour leur probable suppression prochaine que l’assistance se remet à enfler. Nous étions 47 en janvier et 45 ce 23 mars 2012. C’est plus du double de l’assistance moyenne de 2011.

Lire la suite...

Les jeudistes dans et au-dessus de la Grande Cariçaie

Kurt Rösler est un petit cachottier. Il avait annoncé pour ce 26 avril un parcours facile : Cheyres – Font – Cheyres. On s’attendait à une promenade tranquille au bord du lac de Neuchâtel. Pas du tout. Sitôt réunis vers 13h15 à la gare de Cheyres, les sept participants traversent le village pour se lancer à l’assaut de la falaise qui le domine. Il y a là Nicole et Eric Staub, Annette et Jean Emery, Philippe Vittoz, Kurt Rösler et le soussigné.

Lire la suite...

Les jeudistes aux Grangettes

Nous n’étions que quatre, ce jeudi 22 mars, à nous retrouver à Villeneuve comme prévu sur le coup de 13h30, à savoir : l’organisateur Jacky Rossat, Philippe Vittoz, Pierre Widmer, et le soussigné. Et pourtant il faisait beau et chaud.

Lire la suite...

Les Monts Chevreuils - lundi 9 janvier 2012

A 8h45, nous sommes six pour les retrouvailles et un bon café à La Brioche, aux Moulins : nos organisateurs, Jocelyne et Jean-Bernard, puis Iris, Chantal, Geneviève et le sous-signé. Puis nous voilà partis pour nous équiper et chausser nos skis. Il est 9h15 lorsque nous traversons la passerelle sur le Pissot. C’est la première de l’année, le temps s’annonce splendide. Le soleil ne touche pas encore les pentes des Chevreuils. Rapidement nous trouvons le rythme pour attaquer les premières pentes sous l’ancien télésiège. Après une courte pause, nous abordons au soleil les grands champs de neige qui nous conduisent au niveau du restaurant qui est fermé en semaine. Dix minutes plus tard nous sommes au sommet à 1749 m.

Lire la suite...

La "Première" au Müncheberg (1940 m)

Décidément cette "Première" était particulière. Programmée en décembre, différée au 7 janvier, bénéficiant d’un enneigement plus que généreux mais avec un danger d’avalanche très marqué, François Bonjour a dû jouer fin pour trouver un but à la hauteur de ses espérances.

Lire la suite...